3. Pension légale décente pour promouvoir la liberté d’être (ou ne pas être) actif

Il ne faut pas perdre de vue que le vieillissement actif et la solidarité entre les générations doit être une opportunité, et non une obligation. Si les actions prises doivent rester de la liberté de chacun, les conditions pour favoriser ce choix devraient par contre relever d’une responsabilité collective et politique.

Bénéficier d’une pension légale décente est une condition sine qua non afin que les citoyens puissent être acteurs de changement et solidaires. Néanmoins, l’étude Énéo « Pension et niveau de vie » a révélé que la réalité est tout autre… En effet, l’étude a montré que près de la moitié des pensionnés ont du mal à nouer les deux bouts mensuellement et que pour ne pas devoir se « serrer la ceinture » ils auraient besoin, en moyenne, d’un supplément de pension d’environ 300€ par mois. Nous savons combien il devient « courageux » de proposer des mesures favorisant une pension légale solide et équitable, reposant sur un système de répartition !

Énéo continue à proposer le salaire minimum garanti comme la norme de pension légale minimum pour carrière complète au niveau européen. Il va de soi que ce salaire minimum est défini au niveau de chaque État-membre. Il ne s’agit donc pas d’imposer un montant absolu au niveau européen. Par ailleurs, nous plaidons pour l’indexation des pensions et leur liaison automatique à l’évolution des salaires réels.